Anuarite naît le 29 décembre 1939, à Bedegao, un petit village de la forêt à 10 km du centre de Wamba, dans la Province Orientale du Congo-Kinshasa. Sa mère, Isude Julienne, était une femme douce mais tenace qui savait faire face aux difficultés de la vie. Anuarite était sa quatrième fille. Son père, Amisi Batshuru, aurait voulu au moins un garçon. Lui était un homme actif, jovial, aimant le mouvement et la vie en plein air, fier de sa personne et sûr de lui-même. Il était chauffeur de camion et faisait souvent de longs voyages (il était d’ailleurs absent lorsque naquit la petite Anuarite). En 1940, il s’enrôla dans le corps expéditionnaire qui opéra entre autre en Palestine. De là il envoya une lettre à sa femme en l’invitant à recevoir le baptême avec les enfants. Elles le reçurent le 17 juillet 1943. La maman s’appelait Julienne et les filles : Bernadette, Suzanne, Léontine et Alphonsine.

En 1956, à l’âge de 16 ans, elle fait son entrée au probandat de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille (Jamaa Takatifu). En réalité, trois ans avant, comme sa mère s’opposait à son projet de vie religieuse, la jeune Anuarite s’était hissée, sur un camion qui emmenait les aspirantes, sans avertir qui que ce soit, et s’en fut ainsi à Bafwabaka, où elle demanda son admission. Mise devant le fait accompli, maman Isude n’eut plus rien à dire. Cette anecdote nous donne un aperçu du caractère bien trempé d’Anuarite, et de sa détermination à suivre le Christ quoi qu’il en coûte.

En 1957 elle est admise au noviciat, sous le nom de Marie-Clémentine. Elle fera sa première profession le 5 août 1959, et renouvellera ses vœux temporaires jusqu’à sa mort.

Marie-Clémentine n’était pas spécialement brillante, son intelligence était limitée ; mais elle brillait par ses qualités : sa bonne humeur habituelle, sa serviabilité, sa simplicité et sa vivacité. La devise qu’elle a choisie résume sa vie aussi bien spirituelle que communautaire : « servir et faire plaisir ». Servir Jésus et chercher toujours à lui plaire, mais aussi servir ses consœurs et leur faire plaisir, et au-delà servir toute personne comme un frère, une sœur en Christ.

Lorsqu’éclate la rébellion des Simbas, en 1964, Marie-Clémentine vit avec ses consœurs au couvent de Bafwabaka. C’est là que les rebelles les trouvent, le 29 novembre, quelques jours seulement après l’assassinat de Mgr Joseph Wittebols et de tous les prêtres belges, à Wamba (26 novembre 1964). Toutes les Sœurs (18 professes, 9 novices et 7 postulantes) sont emmenées à bord d’un camion, soi-disant pour les mettre en lieu sûr, à Wamba. Mais, le lendemain, après la rencontre avec le colonel Ngalo à Vube, le programme change, et le camion prend la route d’Isiro. Arrivées à Isiro le 30 novembre après 18h, les Sœurs sont emmenées d’abord à la villa où résidaient les chefs rebelles. C’est là que les événements dramatiques se précipitèrent. Le colonel Ngalo, chef des rebelles d’Isiro, avait jeté son dévolu sur Sr. Marie-Clémentine, qu’il voulait prendre pour femme. Refus de cette dernière, ce qui le mit en rage. Comme les autres Sœurs avaient été transportées à la Maison Bleue, le colonel Olombe, un autre chef rebelle, y emmena également Marie-Clémentine.

Après le repas, il la fit sortir à l’extérieur pour la conduire à Ngalo, mais sans plus de succès. Il voulut lui présenter les avantages de devenir la femme du grand chef des rebelles, mais elle lui répondit qu’elle était fiancée à Jésus pour qui elle devait se garder entièrement. Dans un accès de colère, il la frappa avec la crosse de son fusil, en plein front. Se redressant, Marie-Clémentine s’écria avec joie : « C’est ça que je voulais ! C’est ça que je voulais ! ». Voyant qu’elle avait une force qu’il ne maîtrisait pas (et qu’il imputait à une autre sorcellerie que la sienne), il se mit à la frapper plus violemment avec une colère grandissante. Enfin, Marie-Clémentine tomba au sol en lui déclarant : « Je te pardonne parce que tu ne sais pas ce que tu fais ».

Pris d’une peur quasi mystique devant ce qu’il croyait être la manifestation d’un fétiche plus puissant, Olombe appela deux gardes du corps à son secours. L’un d’eux avait un long couteau, une baïonnette. Olombe lui ordonna de la frapper au flanc. Le soldat la transperça plusieurs fois, Marie-Clémentine gémit : « Hou ! Hou ! » Pour l’achever, Olombe prit son révolver et tira sur elle ; il l’atteignit au bras gauche et lui broya l’humérus. Il entra alors dans la maison ivre de colère et dit aux Sœurs : « Je l’ai tuée, comme elle l’a voulu. Venez chercher son corps ». Quatre Sœurs sortirent et la transportèrent, dans la chambre qu’on appelle aujourd’hui l’oratoire. C’était le 1er décembre 1964, à 1h05 du matin, qu’elle remit son âme à Dieu.

Le cadavre fut enveloppé dans un pagne et transporté jusqu’au cimetière de Dingilipi où on l’enterra à côté de la fosse commune. C’est là qu’on la retrouva lors de la première exhumation, sept mois plus tard, et on put alors lui offrir une sépulture plus digne au cimetière de Kinkole (16 juillet 1965). Depuis le premier décembre 1978 elle repose dans un caveau de la cathédrale.

Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta a été béatifiée le 15 août 1985 à Kinshasa, au Zaïre, par saint Jean-Paul II

Facebook Comments