Lancez votre âme sur les flots de la confiance et de l'abandon, et pensez que tout ce qui la trouble et la jette dans la crainte ne vient pas du Bon Dieu, car Il est le Prince de la Paix et Il l'a promise « aux hommes de bonne volonté » (Lc 2,14). Lorsque vous craignez d'avoir abusé de ses grâces, c'est alors le moment de redoubler de confiance car, dit encore l'Apôtre, « où le péché abonde, la grâce surabonde » (Rm 5,20), et plus loin : « je me glorifie dans mes faiblesses car alors la force de Jésus-Christ habite en moi. » (2Co 12,9) « Il est riche en miséricorde, notre Dieu, à cause de son immense amour. » (Ep 2,4)