La manne était savourée de quiconque la mangeait, mais différemment néanmoins, selon la diversité des appétits de ceux qui la prenaient, et ne fut jamais savourée totalement, car elle avait plus de différentes saveurs qu'il n'y avait de variété de goûts chez les Israélites (Sg 16,20-21). Nous verrons et savourerons là-haut au ciel toute la Divinité, mais jamais nul des bienheureux ni tous ensemble ne la verront ou savoureront totalement... Ainsi les poissons jouissent de la grandeur incroyable de l'océan, et jamais pourtant aucun poisson, ni même toute la multitude des poissons, n'a vu toutes les plages ni n'a trempé ses écailles en toutes les eaux de la mer ; et les oiseaux s'égayent à leur gré dans la vasteté de l'air, mais jamais aucun oiseau, ni même toute la race des oiseaux ensemble, n'a battu des ailes toutes les contrées de l'air et n'est jamais parvenu à la suprême région de celui-ci. Nos esprits, à leur gré et selon toute l'étendue de leurs souhaits, nageront en l'océan et voleront en l'air de la Divinité, et se réjouiront éternellement de voir que cet air est tant infini, cet océan si vaste, qu'il ne peut être mesuré par leurs ailes, et que jouissant sans réserve ni exception quelconque de tout cet abîme infini de la Divinité, ils ne peuvent néanmoins jamais égaler leur jouissance à cette infinité, laquelle demeure toujours infiniment infinie au-dessus de leur capacité.