Lorsqu'il s'est séparé de sa mère, Jésus s'est choisi des amis humains — les douze apôtres — comme s'il avait désiré mettre en eux sa sympathie. Il les a choisis, dit-il, pour être « non pas des serviteurs, mais des amis » (Jn 15,15). Il en a fait ses confidents ; il leur a confié des choses qu'il n'a pas dites aux autres. C'était sa volonté de les favoriser, de leur montrer toute sa générosité, comme un père envers des enfants préférés. Par ce qu'il leur a révélé, il les a comblés plus que les rois, les prophètes, les sages de l'Ancienne Alliance. Il les a appelés « ses petits enfants » (Jn 13,33) ; pour leur conférer ses dons, il les a préférés « aux sages et aux savants » de ce monde (Mt 11,25). Il a manifesté sa joie et il les a loués de ce qu'ils sont restés avec lui dans ses épreuves (Lc 22,28), et comme signe de reconnaissance, il leur annonce qu'ils siégeront un jour sur douze trônes pour juger les douze tribus d'Israël (v. 30). Il a trouvé un réconfort dans leur amitié à l'approche de son épreuve suprême. Il les a rassemblés autour de lui à la dernière Cène, comme pour être soutenu par eux à cette heure solennelle. « J'ai désiré d'un grand désir, leur dit-il, manger cette Pâque avec vous avant de souffrir » (Lc 22,15). Il y avait donc entre le Maître et ses disciples un échange d'affection, une sympathie profonde. Mais c'était sa volonté que ses amis l'abandonnent, le laissent seul — une volonté vraiment digne d'adoration. L'un l'a trahi ; l'autre l'a renié ; le reste s'est enfui, le laissant aux mains de ses ennemis… Il a donc été seul quand il a foulé le pressoir. Oui, Jésus tout-puissant et bienheureux, envahi dans son âme par la pleine gloire de la nature divine, a voulu soumettre son âme à toutes les infirmités de notre nature. Comme il s'était réjoui de l'amitié des siens, il a accepté la désolation de leur abandon. Et quand il l'a voulu, il a choisi de se priver de la lumière de la présence de Dieu.