Les travailleurs catholiques du Sénégal organisent leur pèlerinage à Poponguine. La manifestation religieuse se tiendra le 19 mai.

« A travers ce pèlerinage, nous cherchons à pérenniser le pèlerinage des travailleurs chrétiens, à formaliser un cadre d’échanges, de collaboration et d’engagement ensemble au nom de notre baptême et enfin à proposer une charte fédératrice se définissant comme l’ensemble des règles et principes de notre unité dans la diversité », explique le Frère Martin.

« La pastorale, d’après Vatican II, est d’abord une attitude spirituelle qui pousse à rechercher, à mettre en lumière et à exploiter le côté nourrissant et vivifiant des vérités révélées et de la doctrine enseignée et prêchée. C’est ainsi que la pastorale devient un art et une science qui nous enseigne les moyens humains les plus aptes dans la vie et à rendre fécondes toutes les richesses (parole et sacrements) que le Christ a léguées à son Eglise pour le bien de l’humanité », poursuit-il.

« Cette petite définition montre bien la nécessité d’une pastorale dans tout milieu de vie. Et le monde du travail en est un. Avec et par la « Nouvelle évangélisation », le monde du travail a plus que jamais besoin d’une pastorale spécifique vu le contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui : crise de valeurs positives », dit-il encore.

Selon lui, la nouvelle évangélisation nous engage à transmettre les valeurs évangéliques, transmettre la foi catholique dans ce drame de la crise des valeurs.

« Posons-nous alors la question suivante : nous Associations et Mouvements de travailleurs catholiques, est-ce que par notre   façon de vivre et d’agir, montrons-nous le visage du Dieu de Jésus Christ ? La réponse est sûrement oui ! Mais il faut aller plus loin, car ce que nous faisons ne peut être laissé au hasard ; ce que nous faisons à une place spéciale dans le souci pastorale de l’Eglise pour le monde du travail (pas de groupements entièrement à part dans l’Eglise, mais des groupements à part entière de l’Eglise famille de Dieu.) La spécialisation se justifie pour plusieurs raisons », souligne le Frère Martin.

« Retenons simplement le témoignage chrétien. S’il est vrai qu’un chrétien digne de ce nom doit vivre en « un autre Christ » dans toute sa vie, il a besoin, pour cela, d’être accompagné, soutenu par une organisation pastorale qui a souci de l’aider à découvrir toute l’ampleur de son devoir de croyant. Dans un ensemble de personnes évoluant dans le même milieu, le monde du travail, on cherchera humblement et simplement la lumière de l’évangile et la conscience de l’Église », indique-t-il.

Notons que, le témoignage communautaire, donné par plusieurs entités de personnes vivant en frères du Christ, nourrit et rend plus fécond les témoignages individuels. Mais comment cela pourrait-il se réaliser sans consultation, sans réflexion ni action commune ? La prière ensemble, l’amitié partagée et l’agir en commun nous y aideront.

« C’est en cela que le pèlerinage des travailleurs chrétiens nous appelle et nous interpelle. En somme, le but ultime de la démarche est d’arriver à une pastorale d’ensemble dans le monde du travail afi n d’y transmettre les valeurs évangéliques. A partir de ces valeurs évangéliques, nous voulons puiser les ressources nécessaires pour être témoins vivants et vivifiants, dans notre milieu de travail », conclut le Frère Martin.

Source : topnews.sn

Facebook Comments