Le père John Njoroge Muhia, du diocèse de Nairobi, a été tué par des malfaiteurs le 10 décembre dernier alors qu’il se rendait dans une banque pour déposer l’argent donné par les fidèles lors de la messe dominicale.
Adélaïde Patrignani (avec Fides) – Cité du Vatican

Le père John Njoroge Muhia était curé d’une paroisse de Kiambu, ville située à 25 Km de Nairobi, la capitale kenyane. Le 10 décembre au matin, il décide de se rendre dans une banque de la ville de Kikuyu pour y déposer les offrandes récoltées la veille, lors de la messe dominicale. Au cours du trajet, il est approché par quatre malfaiteurs en motocyclette. Ces derniers bloquent la voiture du prêtre sur une route accidentée, le contraignant à s’arrêter. Ils lui demandent alors de remettre la sacoche contenant la quête, qu’il transportait dans le véhicule.

Le premier jésuite kenyan assassiné au Soudan du Sud
Face à l’hésitation du prêtre, l’un des voleurs sort une arme et ouvre le feu à plusieurs reprises au travers de la vitre arrière ; les balles atteignent le père Njoroge Muhia à la poitrine. Les malfaiteurs s’emparent ensuite de la sacoche du prêtre et d’un téléphone portable avant de s’enfuir en moto. Le prêtre a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital de Kikuyu.

«Nous sommes attristés par l’assassinat du Père Njoroge Muhia», a déclaré le père Francis Kiarie, qui a bien connu le prêtre tué. «Nous condamnons cet acte avec la plus grande fermeté et souhaitons en connaître les causes exactes. La mise à mort de serviteurs du Seigneur est inacceptable» a-t-il ajouté.

Le père John Njoroge Muhia, âgé de 56 ans, était originaire de Gatitu, au sud du Kenya. Il avait été ordonné prêtre le 30 décembre 1994.

Le 14 novembre dernier, un autre prêtre de nationalité kenyane avait été tué, cette fois-ci au Soudan du Sud où il exerçait sa mission de jésuite.

Facebook Comments