Votre foi reconnaît, mes frères, ce grain tombé en terre, ce grain que la mort a multiplié. Votre foi le reconnaît parce qu'il habite en vos cœurs. Aucun chrétien n'hésite à croire ce que le Christ a dit de lui-même. Mais une fois que ce grain est mort et s'est multiplié, beaucoup de grains ont été jetés dans la terre. Saint Laurent est l'un d'entre eux, et nous célébrons aujourd'hui le jour où il a été semé. Nous voyons quelle moisson immense a surgi de tous ces grains répandus par toute la terre, et ce spectacle nous comble de joie, si toutefois, par la grâce de Dieu, nous appartenons à son grenier. Car tout ce qui fait partie de la moisson n'entre pas dans le grenier : la même pluie, utile et féconde, fait croître le bon grain et la paille, mais on ne les engrange pas tous les deux dans le grenier. C'est maintenant pour nous le temps de choisir... Écoutez-moi donc, grains sacrés, car je ne doute pas qu'ils ne soient ici en grand nombre... Écoutez-moi, ou plutôt, écoutez en moi celui qui, le premier, s'est appelé le bon grain. N'aimez pas votre vie en ce monde. Si vous vous aimez vraiment, n'aimez pas votre vie ainsi, et alors vous sauverez votre vie... « Celui qui aime sa vie en ce monde la perdra. » C'est le bon grain qui le dit, le grain qui a été jeté en terre et qui est mort pour porter beaucoup de fruit. Écoutez-le, parce que ce qu'il dit il le fait. Il nous instruit, et il nous montre le chemin par son exemple. Le Christ ne s'est pas attaché à la vie de ce monde ; il est venu en ce monde pour se dépouiller de lui-même, pour donner sa vie et la reprendre quand il le voudrait... Il est le vrai Dieu, ce vrai homme, homme sans péché pour ôter le péché du monde, revêtu d'une puissance si grande qu'il pouvait dire en vérité : « J'ai le pouvoir de donner ma vie et le pouvoir de la reprendre. Personne ne peut me l'enlever : c'est moi qui la donne et moi qui la reprends » (Jn 10,18).