L'eucharistie est le mémorial de la Pâque du Christ, l'actualisation et l'offrande sacramentelle de son unique sacrifice, dans la liturgie de l'Église qui est son Corps. Dans toutes les prières eucharistiques nous trouvons, après les paroles de l'institution, une prière appelée anamnèse ou mémorial. Dans le sens de l'Écriture Sainte le mémorial n'est pas seulement le souvenir des événements du passé, mais la proclamation des merveilles que Dieu a accomplies pour les hommes. Dans la célébration liturgique de ces événements, ils deviennent d'une certaine façon présents et actuels. C'est de cette manière qu'Israël comprend sa libération d'Égypte : chaque fois qu'est célébrée la Pâque, les événements de l'Exode sont rendus présents à la mémoire des croyants afin qu'ils y conforment leur vie (Ex 13,3.8). Le mémorial reçoit un sens nouveau dans le Nouveau Testament. Quand l'Église célèbre l'eucharistie, elle fait mémoire de la Pâque du Christ, et celle-ci devient présente : le sacrifice que le Christ a offert une fois pour toutes sur la croix demeure toujours actuel : « Toutes les fois que le sacrifice de la croix par lequel le Christ notre Pâque a été immolé se célèbre sur l'autel, l'œuvre de notre rédemption s'opère » (Vatican II, LG 63). Parce qu'elle est mémorial de la Pâque du Christ, l'eucharistie est aussi un sacrifice. Le caractère sacrificiel de l'eucharistie est manifesté dans les paroles mêmes de l'institution : « Ceci est mon corps qui va être donné pour vous » et « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui va être versé pour vous » (Lc 22,19-20). Dans l'eucharistie le Christ donne ce corps même qu'il a livré pour nous sur la croix, le sang même qu'il a « répandu pour une multitude en rémission des péchés » (Mt 26,28). L'eucharistie est donc un sacrifice parce qu'elle ‘représente’ (rend présent) le sacrifice de la croix, parce qu'elle en est le ‘mémorial’ et parce qu'elle en ‘applique’ le fruit.