La Loi a été promulguée d'abord pour des esclaves, afin d'éduquer l'âme par les choses extérieures et corporelles, en l'amenant en quelque sorte comme par une chaîne à la docilité aux commandements, afin que l'homme apprenne à obéir à Dieu. Mais le Verbe de Dieu a libéré l'âme ; il lui a enseigné à purifier librement, d'une manière volontaire, le corps aussi. Dès lors, il fallait que soient enlevées les chaînes de la servitude grâce auxquelles l'homme avait pu se former, et que désormais il suive Dieu sans chaînes. Mais en même temps que les préceptes de la liberté étaient étendus, il fallait renforcer la soumission au Roi, afin que personne ne revienne en arrière et ne se montre indigne de son Libérateur. (...) C'est pourquoi le Seigneur nous a donné pour mot d'ordre, au lieu de ne pas commettre d'adultère, de ne pas même convoiter ; au lieu de ne pas tuer, de ne pas même nous mettre en colère ; au lieu de payer simplement la dîme, de distribuer tous nos biens aux pauvres ; d'aimer non seulement nos proches, mais aussi nos ennemis ; de ne pas seulement être « généreux et prompts à partager » (1Tm 6,18), mais encore de donner gracieusement nos biens à ceux qui nous les prennent... Notre Seigneur, donc, la Parole de Dieu, a d'abord engagé les hommes dans une servitude à l'égard de Dieu et a ensuite libéré ceux qui lui étaient soumis. Comme il le dit lui-même à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître. Maintenant je vous appelle mes amis, parce que tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître » (Jn 15,15). (...) En faisant de ses disciples les amis de Dieu, il montre clairement qu'il est le Verbe, la Parole de Dieu. Car c'est pour avoir suivi son appel spontanément et sans chaînes, dans la générosité de sa foi, qu'Abraham était devenu « ami de Dieu » (Jc 2,23 ;Is 41,8).