Si c'est la marque de la suprême douceur que de garder un cœur plein de sérénité et de charité à l'égard de celui qui nous a offensés en sa présence même, c'est certainement la marque de la colère que de continuer à se battre et à s'emporter en paroles et en gestes contre celui qui nous a contrariés, en son absence et quand nous sommes seuls. Le commencement de cette victoire sur la colère est le silence des lèvres quand le cœur est agité ; le progrès en est marqué par le silence des pensées devant un simple trouble de l'âme ; et la perfection en est la sérénité imperturbable de l'âme sous le souffle des vents impurs. La douceur est un état immobile de l'âme qui reste égale à elle-même aussi bien dans les humiliations que devant les louanges. Si l'Esprit Saint est nommé la paix de l'âme, et l'est en effet, et si la colère est appelée le trouble du cœur, et l'est aussi, rien ne s'oppose autant à la venue en nous du premier que la colère.