Race entière des hommes, rois et princes, riches et pauvres, moines et gens du monde (…), écoutez-moi maintenant raconter la grandeur de l'amour de Dieu pour les hommes ! J'ai péché contre lui comme aucun autre homme au monde (...). Pourtant, je le sais, il m'a appelé et j'ai répondu aussitôt. (...) Il m'a appelé à la pénitence, et aussitôt j'ai suivi mon Maître. Quand il s'éloignait, je le poursuivais (...) ; ainsi il partait, il venait, il se cachait, il apparaissait, et moi je ne retournais pas en arrière, je ne me décourageais jamais, je n'ai pas abandonné la course (...). Quand je ne le voyais pas, je le cherchais. J'étais plein de larmes, j'interrogeais tout le monde, tous ceux qui, un jour, l'avaient vu. Qui est-ce que j'interrogeais ? Pas les sages de ce monde ni les savants, mais les prophètes, les apôtres, les pères — les sages qui possèdent en vérité cette sagesse qu'il est lui-même, lui le Christ, sagesse de Dieu (1Co 1,24). Avec des larmes et une grande peine de cœur je leur demandais de me dire où, un jour, ils l'avaient vu (...). Et, voyant mon désir, voyant que je considérais tout ce qu'il y a dans le monde et le monde lui-même comme rien à mes yeux (...), il s'est fait voir tout entier à moi tout entier. Lui qui est hors du monde et qui porte le monde et tous ceux qui sont dans le monde en les tenant d'une seule main, les choses visibles comme les invisibles (Col 1,16), il est venu à ma rencontre. D'où et comment est-il venu ? Je ne sais pas. (...) La parole est incapable d'exprimer l'inexprimable. Seuls connaissent ces réalités ceux qui les contemplent. C'est pourquoi, ce n'est pas avec des mots mais des actes qu'il faut nous hâter de rechercher, de voir et d'apprendre la richesse des mystères divins, celle que donne le Maître à ceux qui la cherchent.